Un des derniers

Un artiste qui connaît son métier sur le bout des doigts.

Un des derniers !

Ils sont encore quelques uns sur la commune à savoir les faire, mais de moins en moins nombreux.

Camille Bourbon, mon voisin, en fait partie. À plus de 80 ans, il fait toujours des paniers en osier.

Camille, donc, continue à faire des paniers. Il pense en avoir réalisé pas loin d’un millier dans sa vie : « Entre 1994, l’année de ma retraite, et 2004, j’ai fait 25 paniers par hiver, soit 250 paniers en 10 ans, alors, tu vois ! »

Son premier panier, c’est à onze ans qu’il l’a fabriqué.

Il s’en souvient car il a appris la technique en regardant son frère. C’était en 1945. Mais il lui a bien fallu 2 à 3 ans pour acquérir une véritable maitrise de cet art.

Il me raconte qu’à l’époque il y a avait des paniers pour toute chose : les châtaignes, les topinambours, les pommes, les pommes de pommier, la pêche… Les commandes étaient nombreuses, surtout que tout le monde ne connaissait pas la technique. Chacun avait sa réputation.

C’était un artisanat réservé aux hommes les plus habiles, les femmes, qui avaient bien assez d’occupations par ailleurs, n’en faisaient pas.

« Quand j’étais jeune, on me donnait une pièce qui arrondissait bien mon maigre salaire de l’époque. Cela me permettait d’aller au bal . À ce moment là, je travaillais vite et je pouvais faire un panier en un jour. Maintenant il m’en faut au moins trois.

Une fois marié, j’ai continué à en faire. C’était des cadeaux pour ma famille, mes amis, mes voisins, la société de pêche, la chasse, le loto des écoles… Et encore aujourd’hui, si j’écoutais les gens, je passerais ma vie à en fabriquer.

Mais celui là, c’est le dernier ! » affirme t-il en me le donnant.

— Le dernier ? Ce n’est pas possible ! Tu en as donné un à ma première petite fille et maintenant l’autre est jalouse. Qu’est-ce que je vais lui dire ? »
Camille secoue la tête, amusé.
— « En tout cas pour cette année, c’est terminé. On verra bien l’hiver prochain. »

Je suis partie, bien décidée à le convaincre de continuer.

Regardez le diaporama des étapes de la fabrication d’un panier de Camille.

Il faut chauffer le châtaigner Puis l'écorcer 3 Mise en forme de la ceinture 4 puis de l anse Les 3 éléments de départ 6 ici assemblés 7 amorce au couteau 8 puis fente du châtaigner 9 mise en place des cotes 10 le panier prend forme 11 tressage de l osier 12 c est presque fini Camille et ses dernières réalisations