Avez-vous pensez à vous inscrire au smd3 pour avoir une carte pour les poubelles noires et l’accès à la déchetterie ?

Cérémonie du Pont Lasveyras : un hommage aux victimes du massacre

Mercredi était célébré le 78è anniversaire du massacre du Pont Lasveyras survenu au bord de l’Auvézère, sur la commune corrézienne de Beyssenac, en lisière de la Dordogne.

L’histoire :

Le 16 février 1944, trois colonnes allemandes venues de Limoges attaquèrent, dans un petit matin neigeux, le moulin de la Forêt où se tenait une cinquantaine de réfractaires au ST0 (Service du travail obligatoire) et d’autres jeunes qui avaient rejoint ce maquis.

Trente quatre d’entre eux furent exécutés sur place et treize envoyés au camp de Mauthausen, dont six ne revinrent jamais.

Deux s’échappèrent par la rivière, un autre périt noyé. Tenu pour mort par l’ennemi après le coup de grâce, un de ces maquisards, André Cubertafon, fut sauvé par René Lacote, « le docteur du maquis », de Payzac.

Les cérémonies

Une première cérémonie s’est tenue à Saint-Yrieix-la Perche sur la stèle du Bataillon Violette.

Au cimetière de Payzac une seconde cérémonie s’est déroulée en présence du sous préfet de Nontron, Pierre Bressolles, des élus, des représentants de la gendarmerie et d’associations mémorielles de la Résistance et des familles des victimes. Pierre Thibaud, président de l’Amicale du Bataillon Violette rappela l’épopée de cette unité de la Brigade Rac, qui combattit du nord de la Dordogne jusqu’aux poches de l’Atlantique où elle participa à leur libération de l’emprise allemande. Il rendit hommage à René Boisseuil et René Tigoulet, ultimes témoins locaux de cette « armée des ombres » récemment disparus.

Après Payzac, un dépôt de gerbe suivit devant la stèle marquant la création d’un premier maquis à la mairie de la Chapelle.

L’après-midi deux cents personnes, y compris des dizaines de porte-drapeaux et une unité militaire de la Marine stationnée à Brive se sont réunies sur les lieux du drame.

Après l’appel des Morts par deux collégiens, le président du syndicat interrégional du Moulin de la résistance, Francis Comby, fit l’historique de l’évènement.

Un panel de personnalités, dont le maire d’Oradour sur Glane et madame la consule d’Allemagne à Bordeaux, assistaient à cet émouvant hommage. En l’absence du maire Jean-Michel Lamassiaude, empêché par le covid, Nelly Sicaud et Sylvain Macetti déposèrent une gerbe au nom de la municipalité.

Pont Lasveyras : arrivée des drapeaux Pont Lasveyras : cérémonie au cimetière de Payzac Pont Lasveyras appel des morts
Revenir en haut